Permaculture : 6 conseils pour bien débuter

La permaculture, c’est quoi ?


La permaculture, vous en avez beaucoup entendu parler mais que savez-vous exactement d’elle ? Avant de vous lancer dans l’aventure de la permaculture, il est essentiel de comprendre qu’elle est à la fois un système de culture mais aussi toute une philosophie ! 

La permaculture est une méthode qui s’inspire des écosystèmes naturels pour parvenir à la mise en place d’un système durable, qui permet de nourrir sans épuiser les ressources de la terre. Elle repose sur 3 grands principes éthiques : 

  • Prendre soin de la nature, en préservant l’environnement et en respectant la biodiversité
  • Prendre soin des humains, de soi et des autres
  • Partager équitablement les ressources : partage des surplus, des connaissances…

Les étapes pour bien débuter son potager en permaculture

Etape 1 : prenez le temps d’observer 


La permaculture vise à créer un écosystème harmonieux, durable et respectueux, qui ne perturbe pas l’existant, autant sous terre qu’en surface. L’observation est la clé et doit devenir un véritable automatisme, tout au long de vos cultures. 

Commencez par observer votre terrain et le climat : quelles sont les zones les plus ensoleillées, celles à l’ombre, la circulation du vent, la position des arbres… Notez toutes vos observations dans un carnet : elles vous seront essentielles pour dessiner votre futur potager. Prenez également le temps d’étudier les environs et les parcelles voisines. Cela vous donnera une première idée des plantes qui s’épanouissent à proximité de chez vous, avec votre climat.

Et n’oubliez pas : la permaculture se fonde sur le partage et la communauté. N’hésitez donc pas à poser des questions à vos voisins et à échanger avec eux.


Etape 2 : écoutez-vous !


Afin de déterminer l’ambition que vous souhaitez donner à votre potager en permaculture, posez-vous les bonnes questions : 

  • Qu’aimeriez-vous cultiver ?
  • En quelle quantité ?
  • Combien de temps souhaiteriez-vous consacrer à votre potager chaque semaine ?
  • Quels sont les moments durant lesquels vous pourrez vous occuper de votre potager ?

En écrivant vos réponses noir sur blanc, vous vous rendrez rapidement compte de ce que vous êtes en mesure de produire.

Etape 3 : apportez un soin particulier à votre sol

Vous l’avez compris : la permaculture est une méthode respectueuse de la terre et de ses écosystèmes. Avant tout travail de la terre, observez-la et évaluez l’état de votre sol. Regardez ce qui pousse autour de vous : quelles plantes, en quelle quantité… Plus les plantes sont nombreuses, plus votre terre est riche.

Pour analyser votre sol, faites le test du bocal en verre : mettez autant de terre que d’eau dans un bocal. Secouez puis laissez décanter 24 heures. Vous pourrez alors étudier la composition de votre sol. Plutôt argileux, sableux, limoneux… Prenez le temps de faire votre analyse et de procéder au rééquilibrage si nécessaire, en fonction des résultats observés.

Etape 4 : commencez petit !

Ne foncez pas tête baissée. Si vous débutez en permaculture – ou en potager tout court -, privilégiez une petite surface, que vous pourrez agrandir les années suivantes. 

Avant de vous lancer, dessiner le plan du potager sera indispensable ! Dessinez sommairement votre espace puis déterminez les différentes zones souhaitées. N’hésitez pas à accorder un maximum de temps à l’étude des bonnes associations à faire. Certaines espèces végétales ont des effets bénéfiques entre elles et peuvent, mutuellement, se protéger. Cette méthode permet également de meilleurs rendements.


On peut distinguer deux types d’associations de plantes : l’association allélopathique et l’association dans le temps et l’espace. L’allélopathie désigne l’influence que les plantes ont sur leurs voisines lorsqu’elles poussent. Cette influence peut être positive ou négative. L’association dans le temps et l’espace invite à prendre en considération les différents rythmes de croissance des plantes et l’espace dans le sol et au-dessus du sol occupé par chaque plante. Cultiver en permaculture, c’est prendre en considération ces réalités pour en tirer le meilleur parti. 

Etape 5 : gérez l’eau précieusement

En permaculture, l’eau est considérée comme une ressource précieuse. Sa gestion est donc primordiale : il faut savoir la collecter et la stocker de façon intelligente. Pensez à recycler l’eau de pluie. Plusieurs systèmes de récupération existent : à vous de choisir celui qui convient le mieux à votre espace mais aussi à la météo de votre région.

Pour limiter l’arrosage, veillez en outre à bien pailler votre sol. Le paillage va permettre de retenir l’eau plus longtemps dans le sol mais aussi de le nourrir.

Etape 6 : accueillez les animaux 

En faisant le choix de la permaculture, vous faites également celui de la biodiversité. Sachez accueillir la vie sauvage et, même davantage : invitez-la dans votre potager. Des équilibres vont se former naturellement et seront essentiels à la bonne vie de votre coin de verdure. Les auxiliaires vous seront notamment utiles pour lutter contre les nuisibles. Pour favoriser leur venue, n’hésitez pas à prévoir des espaces et des cachettes afin qu’ils puissent s’y installer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *